La CONTRITION PARFAITE & la COMMUNION SPIRITUELLE

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Aller en bas

La CONTRITION PARFAITE & la COMMUNION SPIRITUELLE

Message par Gilbert Chevalier le Sam 3 Nov - 22:33

Le Père Dosithée Desvault, missionnaire apostolique aux Îles Marquises dans une lettre du 21 août 1838 a écrit:
« Lorsque tout le monde (les habitants de l’île de la Floriana) fut réuni,
M. Borgella fit une instruction sur les commandements de Dieu ;
il appuya principalement sur les obligations
des pères et des mères à l’égard de leurs enfants,
leur faisant voir que puisqu’ils n’avaient point de Pasteur pour les instruire,
il y avait double obligation pour eux
de les former à la pratique des vertus chrétiennes
et de les éloigner des compagnies dangereuses,
qui pourraient les entraîner dans le désordre et les perdre pour jamais.

M. Borgella fit encore une instruction sur les sacrements,
leur en expliqua la nature, les effets,
et surtout la manière d’administrer le sacrement de Baptême.
Il leur fit, en outre sentir que,
ne pouvant recevoir les sacrements
que Notre-Seigneur Jésus-Christ avait institués
pour la guérison et la sanctification de nos âmes,
ils devaient y suppléer par un désir vif et ardent de les recevoir,
surtout dans leurs derniers moments.

L’instruction finie, nous leur distibuâmes divers objets de piété,
comme des chapelets, des médailles, de petites croix, etc.
Nous leur laissâmes aussi quelques abrégés de la Doctrine chrétienne en espagnol :
de sorte que tous parurent contents. »


("Les Annales de la Propagation de la Foi", Tome XII,
disponibles ici : https://gloria.tv/album/gwrVT4ctf1GN1KQJ6yHKQ8uNt )

>>> CATÉCHISME de la DOCTRINE CHRÉTIENNE, publié par ordre de St Pie X en 1912 :
https://gloria.tv/track/8RrZ3gcp66uGAn8e82HfiMqfx

NÉCESSITÉ de l'ACTE de CONTRITION

« Un acte de contrition parfaite remet le péché à l’instant même
pourvu qu’on ait l’intention de se confesser plus tard si on le peut.
Prenez l’habitude de faire souvent des actes de contrition parfaite
et d’en faire un chaque fois
que vous auriez le malheur de commettre un péché grave.
Vous n’aurez pas toujours un confesseur à vos côtés pour vous absoudre :
vous resteriez donc dans la disgrâce de Dieu jusqu’à la prochaine confession !
Durant ce temps vous travaillerez sans mérite
puisqu’en état de péché mortel on ne mérite plus rien devant Dieu,
et vous seriez exposé à chaque instant à mourir
en mauvais état de conscience et à vous damner.
Un acte de contrition parfaite préviendra tous ces malheurs.
Voyez la grande pécheresse sainte Madeleine :
à peine a-t-elle fait son acte de parfait repentir que le Seigneur lui dit :

“ Tes nombreux péchés te sont remis parce que tu as beaucoup aimé.” »


(Saint Alphonse de Liguori)




ACTE DE CONTRITION



Mon Dieu, j’ai un très regret de vous avoir offensé,
Parce que vous êtes infiniment bon,
Parce que vous êtes infiniment aimable,
Et que le péché vous déplaît.

Je prends la ferme résolution
Avec le secours de votre grâce,
De ne plus vous offenser
Et de faire pénitence.




Paroissial des fidèles, 1905 a écrit:
EXAMEN de CONSCIENCE QUOTIDIEN

Demandons à Dieu de connaître nos péchés :
Source éternelle de lumière, Esprit-Saint, dissipez les ténèbres qui me cachent la laideur et la malice du péché. Faites-m’en concevoir une si grande horreur, ô mon Dieu, que je le haïsse, s’il se peut, autant que Vous le haïssez Vous-même, et que je ne craigne rien tant que de le commettre à l’avenir.

Examinons-nous sur le mal que nous avons commis :
(L’Examen peut aussi se faire, pour varier utilement, en parcourant les Commandements de Dieu et de l’Église, les péchés capitaux, et les devoirs de son état, ou en suivant les actions de la journée et les circonstances de lieux et de personnes.)

Envers Dieu :
Omissions ou négligences dans nos devoirs de piété, irrévérences à l’église, distractions volontaires dans nos prières, résistances à la grâce, jurements, murmures, manques de confiance et de résignation.

Envers le prochain :
Jugements téméraires, mépris, haine, jalousie, désirs de vengeance, querelles, emportements, imprécations, injures, médisances, calomnies, railleries, faux rapports, dommage aux biens ou à la réputation, mauvais exemples, scandales ; manques de respect, d’obéissance, de charité, de zèle, de fidélité.

Envers nous-mêmes :
Vanité, respect humain, mensonges ; pensées, désirs, regards, lectures, discours et actions contraire à la pureté ; intempérance, colère, impatience, vie inutile et sensuelle, paresse à remplir les devoirs d’état.

Faisons un acte de Contrition :
Me voici, Seigneur, tout couvert de confusion, et pénétré de douleur à la vue de mes fautes. Je viens les détester devant Vous, avec un vrai déplaisir d’avoir offensé un Dieu si bon, si aimable, et si digne d’être aimé. Était-ce donc-là, ô mon Dieu, ce que Vous deviez attendre de ma reconnaissance, après m’avoir aimé jusqu’à répandre votre Sang pour moi ! Oui, Seigneur, j’ai poussé trop loin ma malice et mon ingratitude. Je Vous en demande très humblement pardon, et je Vous conjure, ô mon Dieu ! Par cette même bonté dont j’ai ressenti tant de fois les effets, de m’accorder la grâce d’en faire dès aujourd’hui et jusqu’à la mort une sincère pénitence.

Prenons une ferme résolution de ne plus pécher :
Que je souhaiterais, ô mon Dieu, ne Vous avoir jamais offensé ! Mais puisque j’ai été assez malheureux que de Vous déplaire, je vais Vous marquer mon repentir par une conduite meilleure que celle que j’ai gardée jusqu’ici. Je renonce dès à présent au péché et à l’occasion du péché, surtout de celui où j’ai la faiblesse de retomber si souvent. Et si Vous daignez m’accorder votre grâce, ainsi que je la demande et que je l’espère, je tâcherai de remplir fidèlement mes devoirs, et rien ne sera capable de m’arrêter quand il s’agira de Vous servir. Ainsi soit-il.

Pater, Ave, Credo, Confiteor.



LITANIES DU REPENTIR PAR AMOUR

Seigneur, ayez pitié de moi.
Jésus-Christ, ayez pitié de moi.
Seigneur, ayez pitié de moi.

Jésus-Christ, écoutez-moi.
Jésus-Christ, exaucez-moi.

Père céleste, qui êtes Dieu, ayez pitié de moi.
Fils Rédempteur du monde, qui êtes Dieu, ayez pitié de moi.
Esprit-Saint, qui êtes Dieu, ayez pitié de moi.
Trinité Sainte, qui êtes un seul Dieu, ayez pitié de moi.

Vous qui, par votre longanimité et par le délai des châtiments,
faites éclater votre toute-puissance et votre bonté, ayez pitié de moi.
Vous qui attendez si patiemment la conversion des pécheurs,
ayez pitié de moi.
Vous qui invitez si affectueusement les pécheurs à la pénitence,
ayez pitié de moi.

D’avoir péché, je me repens de tout mon cœur, ô mon Dieu !
D’avoir péché tant de fois si grièvement,
D’avoir péché par pensées, par paroles et par actions,
D’avoir péché de propos délibéré et avec malice,
D’avoir péché par des négligences et omissions innombrables,
D’avoir violé si légèrement vos saintes lois,
De n’avoir pas craint votre toute-puissance,
D’avoir méprisé votre amour,
D’avoir abusé de votre bonté et de votre longanimité,
D’avoir renouvelé les douleurs de votre divin Fils,
D’avoir mérité vos justes châtiments en ce monde et en l’autre,
De toutes ces fautes,
Mais je me repens beaucoup plus et surtout à cause de vous-même,
Parce que je vous ai offensé,
Parce que je vous ai déplu,
Parce que j’ai contristé le Cœur de votre divin Fils,
Parce que vous êtes au-dessus de toutes choses,
Parce que je vous aime par-dessus toutes choses,

En union de ce repentir d’amour qu’ont eu saint Pierre, sainte Madeleine
et tous les saints pénitents, qui toute leur vie ont pleuré leurs péchés,
je me repens de tout mon cœur, ô mon Dieu !
En union de cette horreur extrême pour le moindre péché,
qu’a toujours eue la Bienheureuse Vierge Marie,
je me repens de tout mon cœur, ô mon Dieu !
En union de cette douleur incompréhensible
qu’à sentie votre divin Fils sur la montagne des Oliviers,
à cause de mes péchés et de ceux de tout le monde,
je me repens de tout mon cœur, ô mon Dieu !

Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde,
pardonnez-moi, Seigneur.
Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde,
exaucez-moi, Seigneur.
Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde,
ayez pitié de moi, Seigneur.

Jésus-Christ, écoutez-moi.
Jésus-Christ, exaucez-moi.

5 Pater et 5 Ave.

Mon Dieu, je me repens de mes péchés de tout mon cœur ;
je les hais et les déteste parce qu’ils offensent votre Majesté infinie,
sont la cause de la mort de votre divin Fils Jésus,
et constituent ma ruine spirituelle.
Je ne veux plus en commettre à l’avenir,
et je me propose d’en fuir les occasions.
Seigneur, miséricorde, pardonnez-moi.

Je vous aime, ô Jésus, mon amour, je vous aime plus que moi-même,
et parce que je vous aime,
je me repens de tout mon cœur de vous avoir offensé ;
ne permettez pas que je me sépare encore de vous.
Faites que je vous aime toujours ;
puis disposez de moi selon votre sainte Volonté.




* * *


LA COMMUNION SPIRITUELLE




« La Communion spirituelle consiste,
comme le dit St Thomas,
dans un désir ardent de recevoir Jésus-Christ sacramentellement.
Le saint Concile de Trente loue beaucoup la Communion spirituelle,
et il exhorte tous les fidèles à la pratiquer.
Le Seigneur lui-même a plusieurs fois manifesté à des âmes ferventes
combien cet acte lui est agréable.
Un jour, il dit à la vénérable Jeanne de la Croix,
que, chaque fois qu’elle communiait spirituellement,
il lui donnait une grâce en quelque sorte semblable
à celle qu’elle recevait dans les Communions réelles.

La Communion spirituelle est très facile à faire :
comme elle n’exige pas le jeûne,
ni le ministère d’un prêtre, ni beaucoup de temps,
on peut la répéter chaque jour autant de fois qu’on veut.
On fait alors un acte de foi,
croyant fermement que Jésus-Christ est dans l’Eucharistie ;
un acte d’amour,
en y joignant le repentir de vos péchés ;
un acte de désir,
en invitant Jésus-Christ à venir dans votre âme, pour l’unir entièrement à lui ;
et après cela, remerciez-le, comme l’ayant reçu.

Ces actes peuvent se formuler ainsi :


Mon Dieu,
je crois que vous êtes présent dans le Très-Saint-Sacrement.
Je vous aime par-dessus toutes choses
et mon âme soupire après vous.
Puisque je ne puis maintenant vous recevoir dans le Saint-Sacrement,
venez au moins d’une manière spirituelle dans mon cœur.
Je vous embrasse comme si vous étiez en moi
et je m’unis entièrement à vous ;
oh ! ne permettez point que je me sépare jamais de vous !
Ô Jésus, mon souverain Bien et mon doux amour,
blessez et enflammez mon cœur
afin qu’il brûle toujours de votre amour. »


(Saint Alphonse de Liguori, "La véritable épouse de Jésus-Christ")



« Ô Jésus, présent dans la Sainte Eucharistie,
je vous adore et je vous désire.
Venez dans mon cœur par votre grâce,
en attendant d’y venir par votre Sacrement. »


(Formule approuvée par la S. Pénitencerie le 2 oct. 1920 ;
3 ans chaque fois, plénière chaque mois, aux conditions ordinaires.
Mêmes indulgences pour toute autre formule.)


« Mon Seigneur Jésus-Christ,
je vous aime de tout mon cœur,
et parce que je vous aime,
je me repens de vous avoir offensé.
Je désire de tout mon cœur
de m’unir à vous
maintenant et pour toute l’éternité. »





ÂME DU CHRIST
(prière de saint Ignace de Loyola)




« Âme du Christ, sanctifiez-moi !
Corps du Christ, sauvez-moi !
Sang du Christ, enivrez-moi !
Eau du côté du Christ, lavez-moi !
Passion du Christ, fortifiez-moi !
Ô bon Jésus, exaucez-moi :
Au fond de vos plaies, cachez-moi !
D’être séparé de vous, ne le permettez pas !
De la malice de l’ennemi, défendez-moi !
À l’heure de la mort, appelez-moi !
De venir à vous, commandez-moi !
Au céleste séjour, conduisez-moi,
Afin qu’avec vos saints, je vous loue
Dans les siècles des siècles. Amen. »




CONSÉCRATION À JÉSUS
(de St Léonard de Port-Maurice)


Ô Jésus, mon doux Jésus,
L’unique Époux de mon âme !
Moi, je déclare,
Que désormais
Je ne veux plus avoir de mémoire
Que pour me souvenir de vous,
D’entendement
Que pour penser à vous,
De volonté
Que pour vouloir ce que vous voulez !
D’yeux
Que pour vous contempler,
D’oreilles
Que pour entendre parler de vous,
De langue
Que pour m’entretenir de vous,
De mains
Que pour travailler pour vous,
De pieds
Que pour aller
où votre bon plaisir m’envoie,
De cœur
Que pour vous aimer,
De corps et d’âme
Que pour vous servir !

Ah ! mon aimable Jésus,
Faisons ce pacte entre nous deux :
Vous serez désormais tout pour moi
Comme vous l’avez toujours été
du reste,
Et moi je serai tout à vous !
Vous serez tout pour moi,
Et moi tout pour vous !
Vous serez toujours avec moi,
Et moi toujours avec vous !
Faites, je vous en conjure,
Que je puisse dire aussi
Comme l’Épouse
des sacrés cantiques :
« Mon Bien-Aimé est à moi,
Et je suis tout à lui ! »
Amen.



3 Pater, 3 Ave & 3 Gloria
en l'honneur du Sacré-Cœur


avatar
Gilbert Chevalier

Messages : 612
Date d'inscription : 26/06/2015
Age : 67
Localisation : Pays de la Loire

Voir le profil de l'utilisateur https://gilbertchevalier.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum